Fundamental asbl ACT !

Du théâtre au social

Comédien et metteur en scène, Steve Karier est également le directeur de Fundamental. Cette association a développé un projet intitulé « Act ! » qui vise à favoriser le développement intra et interpersonnel des jeunes comme des seniors.

Qu’est-ce qui vous a conduit à développer le projet « Act ! » ?

Je suis parti d’un double constat. Que d’une part tous les gens de la scène, comédiens, danseurs, chanteurs, etc., bénéficient d’une solide formation de base axée notamment sur la connaissance et la maîtrise de leur corps. Et que d’autre part un grand nombre de personnes sont malgré elles prisonnières de leur enveloppe corporelle et ont du mal à s’exprimer, en public ou en privé, ou à partager leurs émotions, etc. Ce constat fait, il m’a semblé intéressant que les premiers partagent leurs savoir-faire avec les seconds par le biais d’ateliers ciblés.

Quels sont les publics auxquels vous vous adressez ?

Nous nous adressons aujourd’hui à trois publics : les jeunes, les salariés entre 45 et 55 ans et les seniors. En direction des seniors, nous avons développé Act ! Seniors. C’est un programme à la carte qui propose différents ateliers : relaxation, chant, contes et un atelier dit « des sens ». L’ambition, à travers ces activités, est de pallier à l’isolement propre à la vieillesse en réactivant les souvenirs des personnes et en les ancrant dans le présent. Les personnes sont ainsi resociabilisées.

Avec Act ! Jeunes, l’objectif prioritaire est de lutter contre le chômage et de favoriser l’intégration professionnelle. Nous travaillons sur cinq piliers que sont le corps, la voix, l’imagination, la concentration et l’observation afin que les apprenants acquièrent les compétences requises pour mieux gérer leur stress, pour avoir confiance en eux, pour communiquer avec les autres, pour définir leur projet professionnel.

Ce programme fonctionne depuis janvier 2013. Notre ultime projet en cours d’élaboration, Act ! Pros, s’adresse tout particulièrement aux salariés entre 45 et 55 ans. C’est bien souvent un âge critique sur le plan professionnel. Ces salariés sont fragilisés par leur âge –au sens où ils « coûtent » plus cher à l’entreprise et ne sont pas toujours au fait des dernières évolutions – et ont parfois perdu confiance en eux et en leurs compétences. L’objectif est de les aider à se restructurer pour qu’ils retrouvent leur place au sein d’une entreprise.

Tous projets confondus, nous accueillons aujourd’hui environ 200 personnes par an dans nos différents ateliers.

Vous êtes comédien et metteur en scène. Mais enseigner l’art théâtral n’est pas au coeur de votre démarche. Pourquoi ?

Être comédien est un métier et nous sommes des professionnels. Notre ambition n’est pas de former des candidats aux arts de la scène, mais d’aider les personnes que nous accueillons à se retrouver, à prendre ou à reprendre confiance en elles, sur base d’exercices et d’outils issus des arts de la scène. Certaines activités sont d’ailleurs assurées par des gens de la scène mais, pour d’autres, nous faisons appel aux services de pédagogues ou de professionnels en communication, en linguistique et en psychologie.

L’approche est multidisciplinaire et elle nécessite l’implication des participants. En direction des jeunes notamment, le travail est parfois difficile car certains exercices les confrontent à ce qu’ils sont et au regard des autres. Il leur faut accepter de se remettre en cause.

L’Œuvre a choisi de vous soutenir dans votre démarche. Pourquoi l’avez-vous sollicitée ?

L’Œuvre nous a accordé une aide financière qui nous a permis d’investir dans différents outils techniques et administratifs ainsi que dans un site Internet. Un coup de pouce très important car il nous faut une solide structure administrative pour assurer la bonne coordination des projets mais également développer nos activités pour les pérenniser. Nos partenaires sont l’ADEM et Caritas, nous avons des projets en cours avec le SNJ, la CSL et le Lycée Bel-Val.