mateneen contexte, enjeux et ambition

Le contexte

En 2015, plus d’un million d’immigrés et de réfugiés ont franchi la Méditerranée au risque de leur vie, soit quatre fois plus qu’en 2014. Ce flux inédit place l’Europe devant un impératif éthique et humanitaire, mais également devant un éventail de défis : sur le plan culturel et social bien sûr, et aussi sur ceux, fondamentaux, du travail et du logement. Comment aider ces milliers de personnes à écrire une nouvelle histoire, à trouver leur place au sein des sociétés d’accueil ? Comment forger leur inclusion ? Comment  faire se rencontrer réfugiés et résidents ?

Les spécialistes des questions migratoires sont alignés : les flux migratoires tels qu’ils touchent l’Europe aujourd’hui et demain n’induisent rien de moins que l’avènement d’une véritable révolution démographique. Il est et sera question de compatibilité culturelle, de transformations fondamentales des cultures et des modes de vie européens. Ce défi de taille, extrêmement complexe, nous appelle à penser des solutions inclusives multisectorielles (éducation, emploi, logement, culture…).

Favoriser les rencontres interpersonnelles

Pierre Bley, Président de l’Œuvre : « Un des objectifs majeurs de mateneen (« mateneen » en luxembourgeois signifie « ensemble ») est de permettre la genèse de projets favorisant la rencontre entre les résidents, les demandeurs de protection internationale et les bénéficiaires de protection internationale. L’engagement des résidents, leur ouverture et leur bienveillance sont des conditions majeures pour une réelle inclusion des nouveaux arrivants dans notre société. L’intégration ne se résume pas à des cours de langue. Elle passe aussi par un accompagnement en matière de scolarité, de logement et d’emploi, pour lequel le tissu associatif et l’engagement civique sont primordiaux. L’intégration est impossible à sens unique, elle passe aussi et même surtout par des rencontres. »

Penser et construire ensemble la société de demain

Le programme mateneen n’a pas été pensé exclusivement pour les réfugiés. En mettant l’accent sur l’autonomisation des déplacés et la cohésion sociale au sens large, il entend forger leur rôle d’acteur dans la société de demain. Il ne s’agit pas de lancer des projets POUR telle ou telle population-cible, mais AVEC elle. Les résidents comme les nouveaux arrivants ont été invités à participer et à s’engager, pour construire ensemble la société dans laquelle ils veulent vivre. Une partie des projets sélectionnés seront ainsi initiés et menés par les réfugiés eux-mêmes. Cela confirme dès aujourd’hui ce que montrent les grandes études sur les migrations : les pays qui consentent à investir dans l’accueil et l’intégration des nouveaux arrivants, plutôt que de les confiner dans des ghettos et les forcer à l’inactivité, sont les pays qui vont bénéficier en retour non seulement de la gratitude, mais aussi des talents et de la créativité des nouveaux citoyens. D’où in fine, et contrairement à des peurs bien répandues, un bien-être socio-économique accru pour l’ensemble de la société.

Des projets par tous pour tous

L’Œuvre  a choisi délibérément de soutenir des projets s’emparant d’une problématique qui ne soit pas forcément exclusivement réservée aux nouveaux arrivants. Les défis que rencontrent les nouveaux arrivants concernent un éventail de secteurs : scolarité, emploi et logement, … or ces secteurs sont justement au cœur des problématiques que connaissent bon nombre de résidents luxembourgeois. Aussi, une grande partie des projets s’adressent-ils à l’ensemble de la population. C’est le cas notamment pour les projets relatifs au logement. Aujourd’hui, se loger au Luxembourg est un défi de taille pour une grande partie de notre population, réfugiés y compris !

Soutenir une émulation nationale collective

La kyrielle d’initiatives proposées par un nombre impressionnant de porteurs de projets, place désormais le programme mateneen au centre de tout ce qui touche à la question de l’intégration des réfugiés et, plus globalement, à la cohésion sociale au Luxembourg. L’ambition de mateneen est également de fédérer tous les acteurs de l’appel à projets afin de renforcer la visibilité de chacun des projets et générer des fécondations entre différentes initiatives, forger et soutenir une émulation nationale collective, en connectant, fédérant et rassemblant associations et citoyens autour de la question de l’intégration des réfugiés. Enfin, last but not least, il convient de sensibiliser le grand public aux questions de l’inclusion et de la construction collective d’une société accueillante et solidaire. L’Œuvre tient à contribuer à enrayer la vague « anti-réfugiés » qui se répand un peu partout en Europe. Plus que jamais, il importe aujourd’hui de se mobiliser, de dépasser la catégorisation « eux » / « nous ». En effet, l’intégration harmonieuse des nouveaux arrivants dans notre société est largement tributaire des moyens tant humains que financiers qui y seront consacrés, ce dès leur accueil.

Cohésion sociale

Face à la montée des courants populistes tels qu’ils émergent un peu partout en Europe, l’appel à projets mateneen s’inscrit de manière délibérée dans un élan humaniste, responsable, solidaire et réaliste, mesurant la complexité de cette inclusion si nécessaire pour la cohésion sociale future du Grand-Duché.