Parkinson asbl Le Parkinson Boxing marque des points

L’a.s.b.l. Parkinson au centre « La Tulipe » à Leudelange organise de nombreuses activités pour personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Une activité thérapeutique en particulier rencontre un très vif succès : le Parkinson Boxing. Ses bienfaits sont si remarquables que l’activité fera l’objet d’une étude scientifique.

Dans une grande salle, des jeunes et des personnes atteintes de la maladie de Parkinson portent des gants et enchaînent les coups et les esquives, passant d’un appui sur l’autre. Certes, les déplacements ne sont pas très vifs et les gestes pas toujours précis, mais c’est bien de la boxe. Ou en tout cas, l’activité s’en inspire puisque ces échanges physiques et intergénérationnels ne sont pas organisés au sein d’une salle enseignant le noble art, mais au coeur des locaux du centre Parkinson « La Tulipe » à Leudelange.

« Le Parkinson Boxing est une activité à but thérapeutique que nous avons développée en collaboration avec des professionnels de la santé et sous la responsabilité du professeur de boxe Stéphane Fraccalvieri. Il faut se rendre à l’évidence que les résultats obtenus sont tout simplement extraordinaires », se félicite Nicole Reger, la directrice des lieux. « Voir des personnes atteintes par la maladie de Parkinson retrouver de la motricité, de la coordination de leurs mouvements, constater l’impact sur la tonicité des patients est formidable.

Les résultats vont au-delà de ce que l’on espérait en termes de bienfaits », confirme Stéphane Fraccalvieri. Les résultats feront l’objet d’une étude scientifique menée par le LCSB. « L’objectif est de mener l’étude en collaboration avec des chercheurs de l’université. À part le volet scientifique intéressant la recherche, le projet vise l’intégration sociale en faisant participer des jeunes », précise la responsable.

Au service des malades et de leurs familles

Si le Parkinson Boxing est une activité importante, le centre propose bien entendu d’autres activités à but thérapeutique comme le tango, le Qi-Gong et la gymnastique douce, notamment. Mais la structure est également un centre de rencontre pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson et leur entourage. « Nous accueillons le public tous les après-midis, du mardi au jeudi. Ces rencontres sont importantes pour les Parkinsoniens qui ont la possibilité de pratiquer diverses activités. Mais elles sont également très appréciées par les familles qui entourent un malade. C’est une prise en charge très lourde. Les membres de la famille ont besoin d’échanger entre eux et de discuter avec d’autres personnes dans la même situation. Ponctuellement, nous prenons en charge des personnes atteintes de la maladie de Parkinson pour quelques heures afin que les accompagnants puissent s’offrir un petit break et passer une journée de détente. Nous sommes également à leur écoute, lors d’entretiens individuels, pour les conseiller et les aider en cas de besoin. »